« Peter, un adolescent sans histoire, échappe de justesse à un attentat et découvre que l’attaque le visait personnellement. Emmené à Lion House, la résidence d’un mystérieux Noble, il fait connaissance avec les membres d’une société secrète qui lutte depuis des siècles contre les fés : les Outrepasseurs. Les révélations de ces derniers vont changer le cours de sa vie… »

Les Outrepasseurs ou la déception de ce début d’année pour moi. J’en ai tellement entendu du bien sur des blogolivres ou sur booktube que j’ai fini par l’acheter, toute enthousiaste, avec l’idée de le dévorer en une soirée. Dévoré, il l’a été. Mais sans vrai entrain…

Après un début plus que classique où l’on suit Peter, présenté comme le héros du roman, ce dernier se retrouve dans une piscine géante peuplée de créatures étranges et en proie à des réminiscences datant de plusieurs siècles. Il revit le début de l’histoire, le pourquoi du comment de où viennent les Outrepasseurs, comme s’il y était. Un tournant original dans le récit, qui semble offrir au lecteur un deuxième regard sur les événements à venir… Qui ne viendront jamais.

Ou peut-être dans le tome 2, qui sait. Mais ici, les événements du passé prennent de plus en plus d’ampleur et finissent par devenir le récit principal, reléguant Peter à un personnage plus que secondaire. Vous connaissez la structure de base du récit ? Introduction, élément déclencheur, péripéties, dénouement, situation finale. Ici, on s’arrête à la première péripétie. Imaginez Harry Potter et la pierre philosophale qui s’arrêterait juste après qu’Harry soit arrivé sur la voie 93/4 …

En définitive, on apprend qui ont été les premiers Outrepasseurs, comment ils le sont devenus, mais pas ce qu’ils font depuis des siècles avec leur société secrète. Le récit dans le passé est assez prenant, mais marqué par des répétitions de situations, des longueurs… Et un grand méchant qui n’a pas d’autres motivations que d’être méchant. Et le désir charnel, oui, c’est un grand psychopathe doublé d’un pervers sexuel. D’ailleurs, comme l’ensemble des personnages, il manque cruellement de profondeur. Il faut dire qu’il y a beaucoup de personnages, de familles… L’aide généalogique en fin de livre est plus que bienvenue.

Adoptera, adoptera pas ?

La seule chose qui sauve Les Outrepasseurs, c’est la plume fluide de l’auteure et la rapidité avec lesquels les chapitres s’enchainent. Il est vraiment entre-deux. Ni ennuyant et plein de défauts, ni particulièrement prenant et génialissime. Du coup, le tome 2, ce ne sera pas pour tout de suite…


6/10


Publicités

4 réflexions sur “Les Outrepasseurs – Cindy Van Wilder

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s