Emma, 21 ans est atteinte du syndrome de Beckyngton, une maladie neurodégénérative. Elle est pourtant bien décidée à profiter des dernières années de sa vie, alors elle se rend à New York où elle trouve un poste auprès du directeur d’un groupe prestigieux : Anderson Corp. Cette rencontre bouleverse sa vie, mais Emma ne sait pas si elle peut faire totalement confiance à cet homme.


Comme beaucoup je pense, je suis plusieurs booktubeurs et booktubeuses, et notamment Nine, numéro 1 national en termes de followers sur YouTube. Je ne la connais pas autrement que par ses vidéos (oh si un jour je lui ai envoyé un gif qui mélangeait son expérience de nourriture à base d’insectes et Mélenchon qui fait les gros yeux, ça a eu l’air de la faire rire) mais j’ai ce faux sentiment de proximité qui fait que je l’aime bien et que j’ai l’impression qu’on est copines. Du coup, j’ai plus de mal à dire que je n’ai pas apprécié Le pacte d’Emma, comme si ça allait la blesser. Alors qu’elle doit s’en tamponner plus ou moins le coquillard, et qu’il y a des centaines de lecteurs.rices qui ont aimé, et c’est le principal.

J’ai commencé à lire la dite prose l’an dernier sur Wattpad, quand l’histoire s’appelait encore « Le pacte sanguinaire » (d’ailleurs je préférais la couverture de l’époque, mais elle touche moins la cible commerciale de l’éditeur actuel, j’en conviens). J’avais assez vite abandonné devant ces deux vampires alpha qui se battaient pour la pauvre Emma. Surtout que je ne savais pas jamais qui était Andrew ou Matthew : trop proches ces prénoms quand on lit une romance en diagonale.

À la sortie papier, j’ai souhaité donner une deuxième chance. Après tout Nine a revu le récit, il y a toute une communauté de fans en ligne… Peut-être que je suis passée trop vite dessus. Cette fois-ci, je l’ai lu d’une traite. Preuve que le travail de réécriture a payé. En revanche, j’en garde un sentiment de « bof ça se lit ». Rien de nouveau sous les tropiques, des personnages à la psychologie peu approfondie, des clichés classiques.

Ce qui ne me dérange pas outre mesure d’habitude ceci dit (j’ai bien lu une trentaine de Nora Roberts, des variations perpétuelles de la même trame, sans me lasser). Mais ici, c’est également accompagné d’incohérences ou de facilités scénaristiques : Andrew est un assassin, et les questions que se pose Emma sur sa façon de passer inaperçu sont balayées par un « l’argent baby » ; Andrew est un gros méchant à l’âme noire, et d’un coup il devient agneau tout mimi, avant de redevenir vilain, et encore… Chez les filles, on appelle ça le cycle hormonal.

Je dois tout de même reconnaitre qu’il y a un petit twist que je n’avais pas vu venir, et qui est bien pensé. Pas mal Nine, pas mal. Ce serait un élément à utiliser pour étoffer la suite peut-être ? Parce qu’honnêtement, il y a plusieurs bonnes idées dans Le pacte d’Emma. Elles sont juste vites oubliées au profit de la montée de tension entre Andrew et Emma. Un côté très « enlève ta culotte c’est moi qui pilote » (merci Juliette pour l’analogie) qui a été souligné par pas mal de blogueurs, faisant parfois un lien avec Fifty Shades of Grey (que je n’ai pas lu).

Pour finir sur une bonne note, outre l’écriture qui nous porte quand même et la chose qui se lit très bien dans le bus à 6h le matin, je voulais m’arrêter sur la description de la maladie d’Emma. Nine a dû faire un travail de recherche, peut-être s’entretenir avec des personnes elles-mêmes malades ? Ce sont les passages les plus riches, profonds. Ils traduisent une détresse bien plus réelle que les soucis sentimentaux ou moraux de tous les autres personnages réunis. Becky, tu condamnes Emma, mais pour moi, tu sauves le livre.

PS : la communication autour de la sortié était excellente en revanche, entre Andrew sur Twitter, le site Internet et les dossiers spéciaux envoyés aux chroniqueurs… GG.

Adoptera, adoptera pas ?

Le pacte d’Emma restera pour moi un roman plus que moyen, et je ne pense pas me pencher sur la suite. En revanche, je pense que Nine s’améliorera et pourra écrire des choses très sympathiques, surtout si elle est bien accompagnée. À bon entendeur / éditeur… salut ! 🙂


5/10


 

Publicités

4 réflexions sur “Le pacte d’Emma – Nine Gorman

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s