Je mange de la vidéo comme jamais depuis que j’ai découvert le concept de book unhaul façon booktube. Oui, je passe de longs moments à regarder des booktubeuses expliquer pourquoi elles se séparent de tel ou tel ouvrage, et c’est fascinant. Qu’est-ce qu’il y a de si intéressant là-dedans me demanderez-vous ? En un mot, c’est cathartique. En plusieurs mots, c’est ci-dessous.

Ma collectionite aïgue.

Je suis atteinte d’une grave maladie, à une époque où le nombre de mètres carrés par habitant diminue drastiquement d’année en année : la collectionite aïgue (c’est ainsi que nous sommes auto-diagnostiqués dans la famille en tous cas). J’ai ainsi toute une collection de peluches, de tasses, de pyjamas, de boites à pizza vides et de livres. Surtout des livres.

Au dernier recensement, pour vous donner une idée, j’étais en possession de plus de 400 romans et 700 bd/comics/mangas. Dans un appartement de 40m2. Alors, certes, j’ai des excuses : loin de mes livres pour mes années d’étude j’ai accumulé sans pouvoir vraiment m’y mettre. Mais soyons honnêtes, si j’ai un problème avec le nombre de livres que j’achète par rapport au nombre de livre que je lis par an, j’ai surtout de grosses difficultés à me séparer des choses. Encore plus de livres.

picsou-piscine-sous
Allégorie de moi-même et de ma bibliothèque. So much love.

J’ai pourtant ramené plus de six caisses chez mon bouquiniste il y a près d’un an. Un régime de bibliothèque obligatoire quand on déménage pour plus petit. Efficace mais violent. Pour autant, je manque déjà de place, je ne peux pas tout garder. Le Tetris a des limites, même pour un maître de la distorsion de l’espace comme moi.

Les livres ont-ils des sentiments ?

J’ai un jour connu quelqu’un qui ne supportait pas qu’on coupe des légumes parce qu’elle les entendait pleurer. Pour ma part, j’ai l’impression de trahir un livre, ou son auteur, on la personne qui me l’a offert, en ne faisant même que penser à lui offrir une deuxième vie ailleurs. Totalement rationnel et logique. Surtout quand les livres sont jaloux entre eux et que je me surprend à penser « pourquoi lui plutôt que lui ? c’est injuste ».

merlin-livres-sac
Moi qui tetris mes étagères comme par magie pour en doubler la capacité. Sisi.

Et, quand j’enferme mon cœur à clé pour ne plus entendre les pleurs de mes livres, ce sont mes tocs qui prennent le dessus : ce serait dommage de virer ceci, j’ai plein d’autres livres du même éditeur et ça fait une si jolie étagère; je ne peux pas garder le tome 1 et revendre le 2, ça ne se fait pas…

Tenter de faire une pile de livres à revendre c’est osciller entre un sentiment de torture, être déchiré à l’idée de s’en séparer, et une sorte de fièvre du vide, pour enfin avoir des étagères aérées où l’on puisse poser un joli vase comme dans les magasines.

Book unhaul : le désherbage sur YouTube.

C’est l’une des raisons pour lesquelles j’aime regarder les vidéos d’unhaul : les booktubeuses expriment ce même mélange de sentiments, entre regret et libération. C’est un peu comme une thérapie de groupe, regarder plusieurs vidéos à la suite me donne le courage de m’attaquer à ma propre bibliothèque. Ces vidéos donnent l’exemple et déculpabilisent à la fois. C’est la main invisible qui me pousse à faire ce que je repousse depuis trop longtemps.

livre-yeux
Ils savent !!!

Une booktubeuse, BooksandLala, a même mis en place un challenge en dix catégories : pour chacune d’entre elles, il faut se séparer d’au moins un livre. À répéter autant de fois que nécessaire. Je vois ça comme un programme en étapes. À moi de décider si je m’y plie de façon régulière, du style 10 livres tous les mois (faut pas abuser), trimestres (pourquoi pas)… Ou si une fois par an pour un énorme ménage de printemps où je ne me limite pas à un livre par catégorie.

En France, et en bibliothèque, on appelle ça le désherbage (point culture, de rien jeune padawan du web) : il s’agit de renouveler les collections et de limiter l’encombrement des rayonnages en éliminant les livres qui ne sortent jamais. Un peu comme on taille un rosier pour qu’il refleurisse d’année en année.

sailor-moon-livres
Moi : si tu tiens sur ma tête, tu restes. Sinon…

Book unhaul : le challenge.

Si, comme moi, vous avez du mal à faire du tri sans une aide extérieure (malheureusement ma régulatrice littéraire ne vit pas près de chez moi et, si l’amour ne fade pas avec la distance, je ne peux en dire autant de son autorité livresque) je vous invite à jeter un oeil aux catégories de BooksandLala :

  • Un livre auquel vous avez donné une mauvaise note
  • Un livre à propos duquel vous avez changé d’avis
  • Une série que vous ne finirez pas
  • Un livre que vous avez abandonné en cours de lecture
  • Un livre dont vous avez plusieurs copies
  • Un livre que vous ne lirez jamais
  • Un livre que vous avez acheté parce que tout le monde en parlait
  • Un livre que vous avez acheté pour sa couverture
  • Un livre à propos duquel vous ne savez rien du tout
  • Un livre que vous n’avez pas acheté

D’un coup, désherber sa bibliothèque parait si simple hein ? Pour ma part je vais consommer encore quelques vidéos avant de me lancer pour mon premier challenge. De là on verra ce que ça donne. Attention chères étagères, j’arrive, et je suis pleine de bonnes résolutions !

Publicités

2 réflexions sur “Ma nouvelle passion pour les book unhaul.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s